(suite du post du 13 Janvier 2019)

J'ai eu mal au crane pendant 10 jours ! Prendre des analgésiques les trois premiers jours toutes les quatre heures, comme indiqué, et finir par renoncer parce que ça ne fait rien. 

C'est bon, je peux cocher la case "fait". 

Pendant des années, je pourrais même dire quatre  décennie, j'ai eu des migraines abominables. Le genre, qui te cloue au lit toute une journée, dans le noir tellement la lumière est insupportable, et surtout avec une bassine à côté de toi, car en plue d'être torturée de douleur, tu es malade à crever ! Quarante ans comme ça, avec une régularité d'une fois par mois au minimum, allant jusqu'à une fois par semaine certains mois. Un martyre que tu subit ! 

Tout ceci a cessé en 2008, une fois que mon estomac a été diminué de moitié en raison de deux ulcères. 

Donc, depuis 11 ans, il m'arrive d'avoir mal à la tête comme tout-un-chacun. 

J'ai commencé à avoir mal à la tête en me levant un matin de Janvier. Bon, rien de bien grave, un petit Dafalgan et ça va passer, me dis-je. Bien que ne n'était mal le mal de tête habituel. 

On se connait. On sait bien si ce qu'on a, est important, ou "comme d'habitude", et le temps moyen que ça dure. Lorsque j'ai mal à la tête, c'est en généal bien localisé. Pas toujours au même endroit, mais je peux à l'extérieur de mon crane, cituer la douleur qui est dessous. Seulement ce matin là, j'avais mal à toute la tête. Plus précisément tout le dessus du crane. Comme si un casque trop petit m'avait été mis et était resté coincé au niveau des yeux. Tout la partie supérieur du crane était une douleur intense et permanente pour moi. 

Direction le boîte à pharmacie, la boîte de Dafalgan ! 

Je suis tout de même allée travailler. Me disant que ça allait passer, mais rien n'y a fait ! 

L'après-midi, j'ai dû me coucher. Non seulement en raison de la douleur, mais aussi des vertiges que ça me donnait. 

Comme le dafalgan ne faisait rien, je suis passée à l'efferalgan, puis au Doliprane. Que dalle !!! A croire que je prenais des placébos ! 

J'ai tenu 10 jours comme ça. Je me couchais à 21h (je suis plutôt 23h30 habituellement !)  avec mal à la tête, et me relevais le lendemain dans le même état. J'ai dû annuler tout ce qui était prévu sur cette période. Oui, je sais ... faut être bête ... mais bon, on ne se refait pas non plus. Je ne suis pas du genre à filer chez le médecin si une mouche me pète au dessus de la tête !

Le lundi, je me lève avec beaucoup de difficultés. Me douche, me prépare et je me mets dans le fauteuil du salon, attendant l'heure de prendre mon bus. Fabrice se lève, et c'est lui qui me dit "Non mais tu as vu tête ? ".

Ben oui je la vois ma tête ! La tête de quelqu'un qui a mal au crane ! Le tête de quelqu'un d'épuisé sous la douleur permanente, mais qui fait de la résistance. Mais ce lundi Fabrice m'a fait réagir. Je suis restée dans mon fauteuil, il est parti bossé, et j'ai attendu 9h pour pouvoir joindre mon médecin  pour un RDV. 

Petite parenthèse : C'est fou ça ... tu applles le cabinet à l'ouverture, le lundi matin, et tous les RDV sont déjà pris pour les renouvellements d'ordonnance. Il ne reste pas un créneau pour ceux qui travaillent et sont vraiment malades le lundi matin en se levant ! 

Bon, j'ai fais part de mon point de vue (version officielle de la chose ; traduction :  j'ai sacrément gueulé !) et j'ai obtenu un RDV à 16h. 

Traitement de cheval ; et arrêt maladie pour la semaine. Après deux jours, je n'avais plus mal à la tête, mais j'atais sonnée par le traitement. Dans l'incapacité même de sortir de chez moi. On aurait dit que j'avais bu. 

Mes recherches sur la question et la corrélation entre ces maux de tête et James, restent douteuses. Il n'est dit nul part que le mal de tête soit un symptôme de Pakinson. Seulement James affecte le système autodefense de la douleur. 

Donc, même si ce mal de crane n'est pas du fait que James m'ait pris dans ses bras, le fait qu'il dure autant, est bien à cause de lui !